Abilio Diniz va siéger au conseil de Carrefour, Articles

Abilio diniz va siéger au conseil de carrefour, articles

Casino prend le contrôle de GPA, Abilio Diniz vers d'autres horizons

C'est au début des années 2010 qu'Abilio Diniz (http://www.lesechos.fr/la-releve-2016/edition-2016/021781422699-abilio-diniz-va-sieger-au-conseil-de-carrefour-1208410.php) projette de saisir la chance de transformer GPA en numéro 2 mondial du secteur de la distribution en fusionnant le Grupo Pão de Açúcar avec Carrefour Brésil. Le groupe GPA affronte la rivalité du Français Carrefour sur ses terres brésiliennes. GPA renoue avec sa stabilité financière à l'issue de la crise et commence les discussions de collaboration avec le groupe Casino. Dès 2012, le groupe Casino contrôle GPA. C’est la désunion puis le départ de l'entrepreneur brésilien du conseil d’administration quelques semaines plus tard. Abilio Diniz est de nouveau en mesure de placer son argent dans l'ensemble des secteurs économiques grâce à un accord signé à l'automne 2013 avec Casino, qui met fin à la clause de non-concurrence.

La société de capital-risque Peninsula, créée par les Diniz, annonce fin 2014 l'acquisition de 10% du capital de la branche brésilienne de Carrefour. Depuis son départ de Grupo Pão de Açúcar, Abilio Diniz dédie son temps à BRF et cherche de nouvelles opportunités d’investissement. En 2013, Abilio Diniz prend la présidence du conseil d’administration de BRF (Brasil Foods), un géant de l'agroalimentaire.

Un rapprochement commercial et financier s’opère entre Casino et le groupe GPA à la fin des années 90. Abilio Diniz élabore un plan de sauvetage sévère permettant de préserver le groupe Pão de Açúcar, qui cède son activité au Portugal, congédie vingt mille employés et ferme un tiers de ses supermarchés. Au début de la décennie 90, tandis que le pays est en période de crise économique, le le groupe de cet entrepreneur affronte d'importantes difficultés financières. un groupuscule "d'extrême gauche" séquestre Abilio Diniz durant de la campagne présidentielle de 1989. Délivré au bout d'une semaine, l’homme sera affecté à vie par cette expérience.

Le sport, la foi, un homme attaché aux valeurs

Autrefois joueur de football, ayant par ailleurs exercé la capoeira, la boxe et la musculation, Abilio Diniz est un grand athlète qui débute sa journée par une session de sport. Convaincu des bienfaits de l'entraînement sportif, le businessman met en place des salles de sport dans les grandes surfaces GPA et pousse ses salariés à prendre part aux courses financées par l'entreprise. Préconisant le bien-être et la stimulation des équipes dans l’entreprise, le "capitalisme responsable" consiste en un courant créé sur le continent américain dont se revendique l'entrepreneur. Abilio Diniz est catholique pratiquant, il est très attaché à Sainte Rita, qui n'est autre que la sainte des causes sans issue.

Abilio Diniz, une enfance brésilienne

Petit, Abilio Diniz a été le souffre-douleur des gosses de son quartier. Etiez-vous au courant qu'enfant, il a les arts martiaux dans le but de ne plus être une victime ? En 1929, la famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise, s'est exilée au Brésil.

Disposant d'une richesse estimée à près de 4 milliards de $, Abilio Diniz est la 10e fortune du sous-continent brésilien, selon le magazine "Forbes". Parmi les cent personnages les plus influents dans le pays, on compte le businessman, d’après le magazine du Brésil "Epoca". Luiz Inácio Lula da Silva, qui est l’ancien président du Brésil, comptait Abilio Diniz dans son cercle proche.